33 6 08 77 04 70 francis@fabriquenomade.com

Les couleurs de la nuit

20 décembre 2016 à 19:00

Auditorium du Conservatoire de Dieppe

Concert gratuit, réservation au 02 32 144 450

Créations de Thomas Collin, Francis Faber et Michele Tadini

Anne Cartel, Thomas Collin, Francis Faber, Étienne Graindorge, Mathilde Hénin, Jacques Marmoud, Martina Rodriguez, Benoit Toigo, ainsi que six jeunes élèves du Conservatoire Camille Saint-Saëns.

Logo Fabrique Nomade Logo Ministère de la Culture Logo Région Normandie Logo Conservatoire Dieppe Logo Bien Entendu

AIDE À L’ÉCRITURE D’ŒUVRES MUSICALES NOUVELLES ORIGINALES du Ministère de la Culture

L’ensemble Fabrique Nomade

Fabrique Nomade est un nouvel ensemble de musique de chambre électronique qui souhaite retrouver les gestes et l’écoute de la musique de chambre « classique »


Une volonté de réconciliation

La règle commune à toutes les œuvres commandées est de donner à chaque musicien le contrôle direct de l’ordinateur qui prolonge son instrument acoustique (le compositeur écrit une partition et un programme informatique en temps réel pour chacun des « musiciens augmentés » qu’il choisit).
 Le dispositif sonore particulier lie l’interprète acoustique à son double par l’attribution d’un petit haut parleur situé juste derrière lui, localisant intimement le son électronique qu’il génère.
Ainsi maîtres du dialogue acoustique/électronique et de l’écoute globale sur la scène, l’ensemble retrouve la spontanéité de la musique de chambre traditionnelle et prétend construire une « autre » musique d’un XXIe siècle réconciliateur.

Un programme dédié à l’ensemble

Les sept pièces au choix qui composent le programme 2016 sont nourries d’un lien fort entre le phrasé acoustique et le geste numérique musical dans des esthétiques contemporaines variées. 
Mûries par trois années de travail, ces musiques fondent le groupe en réintroduisant quelques notions oubliées d’intimité, d’écoute collective et de lisibilité. 
Cet esprit nouveau, réconcilie le musicien du XXIe siècle avec son instrument « augmenté » et son jeu de « chambriste ».

Nouvelles créations officielles en 2017

Préfigurées au printemps 2016, les nouvelles pièces seront officiellement créées au printemps 2017 au festival Babel Grenoble, à l’Opéra de Rouen, et dans la saison INA-GRM à la maison de la Radio.

Anne Cartel

Vidéos

Fogg

Lorenzo Bianchi Hoesch

Di rive e di corsi d’acqua

Michele Tadini

Ripples never come back

Michele Tadini

Frottement, bourdon, craquement

Francis Faber

Francis Faber

Les musiciens

Flûte, karlax, violoncelle, violon

Anne Cartel – Francis Faber – Martina Rodriguez – Szuhwa Wu

En savoir plus
Anne Cartel

Anne Cartel

Flûte

Lauréate du Conservatoire Supérieur de Genève dans la classe de Maxence Larrieu et du CNR de Paris dans la classe de piccolo de Pierre Dumail, elle se produit régulièrement auprès d’orchestres tels l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Opéra de Paris, l’Orchestre National des Pays de Loire, l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy. Titulaire du CA de flûte, elle enseigne au Conservatoire de Dieppe. Elle aime pratiquer le répertoire contemporain dans des configurations variées (Ensemble Court Circuit, Athelas Sinfonietta, Ensemble Variance…).

Francis Faber

Francis Faber

Karlax

Formé à l’Université (Rouen) et au CNSM (Paris), il est artiste, musicien et pédagogue, et anime l’Ensemble de musique de chambre électronique Fabrique Nomade. Depuis 1980, il privilégie le jeu électronique en temps réel, compose pour diverses formations, joue des instruments numériques (wiimote, karlax) et conçoit des installations interactives dans des lieux non conventionnels.
Il intervient dans différentes structures pédagogiques autour de la composition contemporaine, du son et de l’image animée en direct. Il initie en 2015 une série de « duos électriques », courtes pièces pour instrumentistes « augmentés » de second cycle de conservatoire.

Martina Rodriguez

Martina Rodriguez

Violoncelle

Originaire de Montevideo, elle poursuit ces études à Buenos Aires puis à Paris avec Philippe Muller, Marc Latarjet et Christophe Roy.
Elle se produit en soliste et en musique de chambre classique en Europe et en Amérique latine. Avec l’ensemble de violoncelles contemporains Nomos (Disque Kagel, Aperghis prix Charles Cros, 5 étoiles de la Musique), elle rencontre pour travailler les créations, de belles personnalités de compositeurs français et étrangers (Kagel et Aperghis entre autres).
Elle joue depuis 2008 avec la Cie Les anges au plafond pour laquelle elle co-écrit les musiques et tourne en Europe plus de 400 dates avec plusieurs spectacles. (le dernier « Les mains de Camille » à fait objet d’un disque du label Vand’Œuvre).
Curieuse des nouvelles rencontres, elle collabore avec divers artistes dans la chanson, le théâtre, la danse, les musiques de films…

Szuhwa Wu

Szuhwa Wu

Violon

Nombreuses performances aux États-Unis, en Asie et dans toute l’Europe. Master en violon à la Juilliard School de New York, Master de l’Université d’Harvard, Solistendiplom à la Musikhochschule de Zurich. Musique contemporaine au Festival de Lucerne avec Pierre Boulez, création américaine de « Winter Fragments » de Tristan Murail à New York, violon solo du New Juilliard Ensemble, de l’ensemble Argento à New York et de l’ensemble Tzara à Zurich, concerts trans-culturels au Centre Pompidou à Paris comme en Pays Dogon au Mali, et collaborations diverses avec compositeurs, danseurs, acteurs, poètes et musiciens de différents horizons en France et à l’étranger.
Titulaire du CA de violon, elle mène aussi une carrière d’enseignant au Conservatoire de Besançon.

Et un réalisateur d’informatique musical ingénieur du son

Étienne Graindorge

Étienne Graindorge

Musicien-ingénieur du son

Étienne Graindorge est musicien-ingénieur du son. Issu d’un double cursus musical et scientifique, il se forme à la direction artistique, la prise de son, et l’informatique musical au Conservatoire de Paris. Il participe régulièrement à des productions, enregistrements et concerts classiques.
Particulièrement intéressé par le spectacle contemporain et l’informatique musical, il collabore et conçoit des dispositifs d’interactions (Collectif Mu, Fabrizio Rat et Myriam El Haik, Cie Artefact, Quatuor Thymos, Cie Saporta, Cie Le Grain).

Martina Rodriguez

Programme

Des solo, duos et trios

La volonté de limiter à une écriture en duos ou trios, choisis par les auteurs, permet de créer une certaine rareté. Dans les musiques nouvelles, la complexité de l’écriture moderne ajoutée à la doublure électronique a tendance à surcharger l’écoute et implique très souvent un chef d’orchestre pour de toutes petites formations. Le « cahier des charges de Fabrique Nomade » inclut une recherche de « clarté » dans les phrasés et limite donc son plateau au trio.

On peut choisir un programme d’une heure de musique (quatre ou cinq pièces) parmi ces œuvres :

La nuit rouge (de ses paupières)
Lorenzo Bianchi Hoesch

Violon et électronique

“Le titre provient d’un fragment d’une phrase du livre de Michel Tournier : Vendredi ou les limbes du pacifique – relecture du « mythe » de Robinson Crusoé. Il s’agit d’un moment où la sensation de la condition de solitude de l’Homme est plus forte que l’espoir de survivre. C’est à ce moment précis, en fermant les yeux, qu’il voit des éclairs dans la nuit rouge de ses paupières : la lumière qui cherche à s’infiltrer dans ses yeux en créant une tempête pour un homme désormais condamné à parler seulement avec lui-même. Ce dialogue angoissé et intime est le point de départ de l’écriture de la pièce. C’est une composition sur la solitude, traversée par un dialogue étroit entre l’instrument et son double électronique qui le suit, qui le poursuit et qui l’amplifie en créant un état d’alerte et de pression presque constant et qui nécessite une interprétation virtuose et précise.”

LBH

Frottement, Bourdon, Craquement
Francis Faber

Violoncelle, karlax et électronique

Commande La Grande Fabrique

Circuit Contour
Thomas Collin

Deux karlaxs et électronique

Prévision de commande INA-GRM et La Grande Fabrique

“En situation permanente de renouvellement, la musique expérimentale ne manque cependant pas de s’appuyer sur les bases fondamentales du langage musical. Les nouveaux instruments électroniques courent souvent derrière la nouveauté sonore — mais peuvent également se confronter à une écriture rigoureuse — et s’approcher de la virtuosité instrumentale.
Circuit Contour offre au karlax un discours musical tempéré, s’appuyant sur un jeu de hauteur dodécaphonique et de fines possibilités dynamiques. Confronter la synthèse, pour l’un des karlax, et l’échantillon pour l’autre, à partir de hauteurs convolées de divers instruments, afin de croiser les timbres acoustique et électronique. Le tout dans un esprit de musique de chambre détaillé et aéré, avec la part belle aux respirations et suspensions.”

TC

Le patch bien tempéré III
Tom Mays

Flûte, karlax et électronique

Commande La Grande Fabrique

Discontinuous Devices « In-between »
Michele Tadini

Violoncelle, karlax et électronique

Commande La Grande Fabrique et demande d’aide à l’écriture d’une œuvre musicale originale du Ministère de la Culture Français

“Les deux premières créations pour l’ensemble jouaient dans des univers mélodiques plutôt doux ; ce duo développera un univers beaucoup plus bruité dans une thématique compositionnelle (récurrente dans le jeu électronique) interrogeant le rapport de cause à effets, de correspondance entre actions-gestes-phrasés et leurs résultats audibles. L’évolution de l’ampleur du geste sera très corrélée aux résultats sonores induisant une forme en expansion depuis des petits sons aux pistons acoustiques amplifiés soutenus par une synthèse granulaire, puis des gestes rotations, jusqu’à de grands phrasés avec des gestuelles en accélérations et arrêt brusques. L’univers sonore sera concret « In beetween » des phrasés alla Lachermann jusqu’à une expression rythmique plus pulsée.”

MT

« Création »
Daniel D’Adamo

Pour flûte, violoncelle et électronique

Prévision de commande INA-GRM

Il manquait à l’Ensemble un duo flûte violoncelle, D’Adamo va le réaliser en 2017. Cette rare formation en musique contemporaine sera, dans l’esprit de l’Ensemble Fabrique Nomade, composée dans un tissage serré entre la chaîne acoustique et la trame électronique. En première expérimentation fin 2016, cette nouvelle œuvre sera créée au printemps 2017.

Di rive e di corsi d’acqua
Michele Tadini

Flûte, violoncelle, wiimotes et électronique

Commande INA-GRM et La Grande Fabrique

Fogg
Lorenzo Bianchi Hoesch

Violon, violoncelle, karlax et électronique

Commande INA-GRM

Ripples never come back
Michele Tadini

Violon, violoncelle, karlax et électronique

Commande Studio Art Zoyd et La Grande Fabrique

Fort du succès des premières créations, Fabrique Nomade va en 2016-2017 susciter de nouvelles pièces, solidifier le travail d’informatique musicale, et enregistrer les premières musiques.

Szuhwa Wu

Les compositeurs

Les compositeurs qui accompagnent l’ensemble Fabrique Nomade sont connus pour leur talent d’écriture acoustique mais aussi pour une réflexion personnelle sur le geste instrumental électronique du XXe siècle.

L’ensemble conserve pour 2016 un lien fort avec ces compositeurs et propose un geste musical encore plus précis à travers le solo de violon de Lorenzo Bianchi Hoesch issu du trio de 2013. Michele Tadini affine l’aventure avec Fabrique Nomade dans une nouvelle création en duo pour violoncelle et karlax, Thomas Collin travaille à une pièce pour deux karlaxs dans le même esprit de phrasé intimiste, enfin Daniel d’Adamo écrit un duo flûte violoncelle. Ces trois nouvelles pièces seront disponibles à l’hiver 2016-printemps 2017.

Lorenzo Bianchi Hoesch

Composition, Paris

Il compose de la musique pour des concerts, des albums, des installations, du théâtre, des images, des spectacles de danse et des films.
Il aborde la composition électronique et mixte sous plusieurs aspects centrée sur la relation son/geste/espace. Il a reçu des commandes de nombreuses différentes institutions : INA-GRM, Biennale di Venezia, Opéra de Göteborg, Ballet National de Marseille, Festival Sant’Arcangelo, Roma Europe, Ater Balletto Rhur Triennale… et il a joué un peu partout : Europe, Japon, Indonésie, États-Unis.
Ses productions vont de la composition instrumentale avec électronique en temps réel, aux installations audio et vidéo, de compositions pour le théâtre, la danse et le cinéma, jusqu’à l’improvisation libre en solo ou avec d’autres musiciens.
Pédagogue à l’Université de Franche-Comté et au Conservatoire de Montbéliard, Il collabore aussi, en temps que free lance, avec l’Ircam.

Thomas Collin

Composition – Karlax, Rouen

Thomas Collin se prend de passion très tôt pour les sonorités expérimentales puis passe un DEA de Musicologie et un DEM de composition électroacoustique.
Compositeur et musicien, il favorise une approche globale des arts numériques en privilégiant les nouveaux accès temps réel.
Il compose pour les instruments électroniques et acoustiques (n3rd, solo électronique, Second Life, pour Méta-Instrument et saxophone baryton, Omicron, pour orchestre de joysticks…) pour la scène (Pas de Quartier, cirque actuel avec les Frères Kazamaroffs), pour l’image (L’âme du temps, d’Elina Lowensohn).
Il enseigne également au conservatoire de Vernon et à l’université de Rouen, anime de nombreux workshops en école d’arts et en CEFEDEM, et participe à l’aventure de la Méta-Mallette, un dispositif pédagogique permettant de jouer en groupe les musiques électroniques.

Daniel D’Adamo

Composition, Paris

Après des études en Argentine puis en France (CNSML, IRCAM et Paris 8), Daniel est pensionnaire de la Villa Médicis de 1997 à 99 et en résidence de création à Royaumont en 2007 et 10. Il est lauréat du Prix de Printemps de la Sacem et du Prix Boucourechliev. En 2015 il crée avec l’ensemble TM+ sa première pièce scénique, le monodrame La haine de la musique, sur une adaptation de l’essai de Pascal Quignard. Ses musiques, commandées par différentes institutions, festivals et ensembles, autant instrumentales, qu’orchestrales, vocales et mixtes, sont empreintes d’une réflexion sur les différentes échelles de temps ainsi que sur un rapport attentif entre forme et figure. Il est par ailleurs professeur de composition dans les Conservatoires de Reims et de Strasbourg.

Tom Mays

Composition, Paris

Compositeur de musiques numériques et mixtes pour instruments, dispositifs temps réel, supports électroacoustiques et nouvelles lutheries électroniques — ses œuvres étant commandés et soutenues par divers studios et organisations à l’échelle internationale, avec commandes en cours pour Les Voix de Stras’ et la percussionniste américaine Patti Cudd. Il est aussi improvisateur, jouant fréquemment avec des musiciens tels Pascal Contet, Carol Robinson et Xavier Rosselle. Actuellement professeur de Création Électroacoustique l’Académie Supérieure de Strasbourg, il enseigne également l’informatique musicale à l’IRCAM pour New York University, ayant enseigné durant 14 ans au CNSM de Paris aux côtés de Luis Naón. Il est chercheur associé au LabEx GREAM à l’Université de Strasbourg, et il termine un Doctorat à l’Université Paris 8 avec Horacio Vaggione – Traitements Temps Réel et Écriture.

Michele Tadini

Composition, Milan

Il compose des musiques pour solistes, ensembles, orchestres, pour le théâtre, et pour des installations. Il collabore avec vidéo-artistes, sculpteurs, metteurs en scène et poètes. Après avoir été directeur de production du centre de recherche AGON (Milan) puis co-directeur de Centro Tempo Reale (Florence), il est depuis 2009 professeur de composition et informatique musicale au Conservatoire Supérieur de Musique de Lyon.
Régulièrement présentée dans des festivals internationaux, sa musique est jouée dans toute l’Europe, aux USA, en Amérique Latine et au Canada. Il a obtenu en 2008 le prix Italia.

Étienne Graindorge

Les mots du public

L’esprit que cherche Fabrique Nomade se retrouve dans les impressions recueillies à la sortie des concerts parisiens de 2014

On voit votre complicité, c’est rare pour cette musique…

Émotion, complicité, nouveaux territoires…

Jusqu’ici, j’ignorais qu’on pouvait phraser le son électronique…

« Vraie » musique, beauté électronique « charnelisée »…

Peu enthousiaste à la musique contemporaine, j’y allais un peu à reculons, mais j’ai été séduite…

Travail d’ensemble qui nous change des formules anciennes…

Un concert très émouvant et touchant…

Merci pour ce moment hors du temps, sur une planète inconnue…

« Super » comme on le dirait d’un concert de Jazz…

On sent avec vous qu’on a passé la vieille époque de la musique électronique…

Nous contacter

* Champs requis

Partager